Accompagner la personne état limite.

Formateur : Formateurs: Psychothérapeute et Cadre supérieur de santé

Durée : 2 jours

Lieu : Formation intra établissement

Public : Tout professionnel de santé

Prérequis : Etre en poste.

DPC Non

Accessibilité: Non

Prix : Formation intra établissement; pour un devis personnalisé nous contacter

CONTEXTE

Les termes “borderline” et état limite sont utilisés en psychiatrie depuis le début du XXe siècle pour désigner des patients présentant des tableaux cliniques qui défient la nosographie classique. Le polymorphisme des symptômes, l’absence de signes spécifiques et l’intrication des tableaux cliniques en font un des diagnostics les plus complexes à établir.
Le concept d’état limite a été inventé par la psychanalyse à la fin des années 1940 qui a vu arriver une clientèle en dehors du champ nosographique habituel : névrose, psychose et perversion. Depuis, ce concept a fait l’objet de nombreux travaux à la fois cliniques et théoriques. La psychiatrie européenne, notamment à travers le CIM10, s’y est intéressée.
Les soignants en psychiatrie sont confrontés à ce trouble ou cette pathologie quel que soit le type d’exercice : hospitalisation, ambulatoire, et visite à domicile.
Les troubles de la personnalité représentent un large champ d’investigation en santé mentale et soulèvent des enjeux théoriques et thérapeutiques : s’agit-il de troubles ou de pathologie, voire de structure pathologique ? Comment les diagnostiquer et accompagner les patients au quotidien ?
La souffrance des personnes présentant des troubles de la personnalité cause une déviation des traits de caractère habituels au quotidien. Les troubles de la personnalité état limite en font partie.
Devant la complexité des situations rencontrées au quotidien (états limites, troubles de personnalité, personnalités limites), les personnels infirmiers de l’ensemble des secteurs d’activité peuvent se sentir démunis. En effet, l’accompagnement de ces patients à la symptomatologie atypique nécessite à la fois une connaissance du tableau clinique et des stratégies de prise en charge autant du point de vue individuel que collectif.
A l’issue de la formation, les participants auront une meilleure connaissance et compréhension des besoins des troubles de la personnalité, border line, états limites. Ils pourront ainsi développer pour eux-mêmes et pour autrui des manières d’être et des outils efficaces pour l’accompagnement de ces personnes en souffrance psychologique.
En effet, dans l’orientation 186 (Evaluation des besoins en soins du patient par l’infirmier et pertinence du plan de soins) l’ANDPC rappelle que dans son rôle propre l’infirmier analyse les besoins de la personne soignée et organise la réalisation des soins infirmiers et leur évaluation (art R431-1).

OBJECTIFS
  • Identifier la sémiologie différentielle entre un trouble névrotique, un trouble psychotique et un trouble état limite ; d’appréhender les différents troubles de la personnalité, de connaître les concepts et les termes utilisés par les médecins psychiatres.
  • Comprendre l’expression symptomatique du patient « border line » ou souffrant d’un trouble de personnalité « état limite ».
  • Développer des « savoir-faire » et des « savoir agir » favorables à une personne souffrant d’un trouble état limite ou d’un trouble de personnalité état limite.
CONTENU

UNE SESSION (2 JOURS) : BILAN DES ACQUIS, LES DIFFERENTES NOTIONS ET APPROCHES PSYCHIATRIQUES, DEFINITION ET REPERAGES DES TROUBLES LIMITES, STRATEGIES D’INTERVENTION.
1ère DEMI-JOURNÉE

  • Auto-positionnement
  • Conception de la santé mentale et du soin en psychiatrie.
  • Rappel sur le raisonnement clinique infirmier : prérequis à la formation :
  • Le raisonnement hypothéticodéductif.
  • Le raisonnement par anticipation.
  • Plan de soins et chemin clinique.

2ème DEMI-JOURNÉE

Comprendre les troubles psychiques

  • La distinction « normal » – pathologique.
  • La distinction symptôme, syndrome, trouble psychiatrique, trouble de la personnalité.
  • Structure et état limite : polymorphisme clinique et psychopathologique qui oscille entre un pôle psychotique et des symptômes névrotiques.
  • Les modèles de compréhension.
  • La notion de personnalité, de trait de personnalité et de trouble de la personnalité.
  • Les différents troubles de la personnalité (histrionique, obsessionnel, paranoïaque, …) et états limites (border line).

Aspect historique du concept d’état limite

  • De 1769 : Cullen (névroses) à 1949 : Eisenstein (border line/état limite).
  • Les débats d’aujourd’hui.

Le processus séparation-individualisation : La spécificité.

  • Définition.
  • La psychogénèse.
  • La souffrance psychologique d’un état limite.
  • Approches théoriques : la faille narcissique, l’angoisse d’abandon.
  • La violence de la personne état limite : le lien (BERGERET).

3ème DEMI-JOURNÉE

Comprendre les pathologies « Etats limites » :

  • Définition du concept d’état limite.
  • Les principales hypothèses.
  • Approche sémiologique. Les mécanismes de défense, l’angoisse, les symptômes d’apparence névrotique, la dépression et les troubles thymiques, les passages à l’acte, la relation de dépendance, les épisodes psychiatriques aigues.
  • La pathologie de l’immédiateté et de l’agir et la question de la frustration.
  • L’agressivité et l’opposition chez l’état limite : la gestion du cadre.
  • Les modalités relationnelles de l’état limite.
  • Mettre en place et maintenir la relation avec ces patients : les principales difficultés.
  • Gérer et prendre en charge les modes de compensation.
  • Approches thérapeutiques : traitements médicamenteux et psychologiques.
  • Le travail en équipe : intérêt et difficultés dans la prise en charge des patients états limites : les clivages.
    -Cas particulier de la personne état limite à tendance psychopathique : les difficultés, les notions de transfert et de contre-transfert, la gestion de la perversité chez une personne abandonnique.

Etude d’un cas concret apporté par le formateur.

  • L’admission : comment le patient se présente-t-il ? : parcours, demande et vécu.
  • De quoi souffre-t-il ? : angoisse, vide.
  • Quelle est sa personnalité ?
  • Au cours de l’hospitalisation : clivage de l’équipe, vécu d’impuissance de l’équipe, les passages à l’acte, les règles, dépendance et rejet.
  • Clivage – Faux self – Passage à l’acte.
  • Etat limite et suicide.
  • Comment éviter le transfert négatif et utilisation du contre-transfert dans la relation et la création du lien : comprendre ce qui fonde la violence limite, adapter le cadre et assurer une continuité, travailler la cohésion de l’équipe.

4ème DEMI-JOURNÉE

Hypothèses de travail.

  • La question de l’interprétation.
  • Le travail du lien et des séquences.
  • La composante autodestructrice.
  • L’implication contre-transférentielle.
  • La prise en compte des affects.
  • La question des passages à l’acte.
  • La responsabilisation et la question des traitements.
  • Le début et la fin des hospitalisations.
  • La préservation du lien et la notion de résilience.
  • Le travail de la demande et la notion de besoin et de frustration.

Le trouble de personnalité « Etats limites », la personnalité border line (DSM 5) .

  • Mode général de relation.
  • Impulsivité marquée dans divers contextes, colère, vide…
  • Comment se présentent-ils et de quoi souffrent-ils ?
  • Les modes de contact et l’organisation des défenses.
  • Faire, ne pas faire.
  • Les ressources des personnes états limites.
  • Ajuster la relation avec ce type de personnalité.
  • Piste de travail et approche psycho-dynamique de la relation.

Le cadre et la relation thérapeutique avec la personnalité Border Line :

  • Attitudes – Contre-attitudes.
  • La gestion de l’affect.
  • La question du lien : relation individuelle et relation de groupe.
  • La distance soignant-soigné : comment éviter l’épuisement ?
  • La question du cadre.

Mise en place d’un plan d’action et d’objectif personnel écrits pour chaque participant.
Bilan de la formation.

METHODES PEDAGOGIQUES

Méthode active et interactive, actives basées sur le partage des expériences, des connaissances, et des représentations suivies d’apports théoriques, apports didactiques.

OUTILS PEDAGOGIQUES
  • Apports théoriques;
  • Présentation croisée ;
  • Présentation du programme de formation sur Power Point
  • Réflexion écho du groupe.
  • La méta-communication.et critères d’évaluation.
  • Travail individuel et en petit groupe.
  • Documents filmés et power point.
  • Ecriture de cas concrets et mise en situation pour développer la capacité de raisonnement clinique.
METHODE D’EVALUATION

QCM questionnaire d’auto-positionnement, par interaction avec le formateur à la fin de chaque séquence de travail.